Compte-rendu du débat sur le nouveau PDU

Date : 7 octobre 2021
Début : 20:30
Fin : 22:30
Nb de participants: 25 (dont des représentants de 2 Pieds 2 Roues, Citiz, le Shift Project, le CODEV, Toulouse en Transition,  le collectif Axe Vert de la Ramée, Rallumons l’Etoile, Alternatiba/ANV COP21, CPIE Terres Toulousaines et des élus de Toulouse et Tournefeuille (Maxime LE TEXIER, Stéphane MERIODEAU, Philippe PERRIN excusé)

Liens

Le texte intégral de la proposition de nouveau PDU : https://faiseursdeville.org/2021/09/27/un-plan-de-deplacements-urbains-a-la-hauteur-de-lurgence-climatique/ 

Le communiqué de presse: https://faiseursdeville.org/2021/09/27/debat-le-jeudi-7-octobre-a-20h30-nouveau-pdu-comment-respecter-nos-engagements-pour-le-climat/

Déroulé

  • 20:30-20:50 : présentation de la proposition de nouveau PDU des Faiseurs de Ville
  • 20:50-22:30 : questions et réactions des participants puis réflexion sur les prochaines étapes

Synthèse 

  • Plusieurs propositions ont été formulées pour améliorer l’analyse des déplacements et des émissions associées :
    • décliner l’étude en séparant les déplacements intramuros, proche périphérie, périphérie éloigné
    • une nouvelle enquête ménages déplacements sur l’agglomération toulousaine en amont de la construction d’un nouveau PDU (réflexion en cours chez Tisséo) pour avoir des données à jour
    • consolider les données sur le RER avec Rallumons l’Etoile
    • intégrer les émissions de GES liées à la production des véhicules (et voirie)? pour l’année de référence
    • intégrer les émissions complémentaires si significatives (moyens de communication pour le télétravail par exemple)
  • L’enjeu est de faire baisser la part modale de la voiture au profit des autres  modes (en incluant la démobilité). Comment définir les priorités et quelles  sont les actions successives à mettre en place pour assurer des reports alignés avec les objectifs de réduction de GES ? L’objectif est reconnu comme très ambitieux et nécessitant des actions par l’ensemble des participants. De nombreuses idées ont été proposées pour commencer  : 
    • Modifier les contrats de DSP des parkings pour réserver des places d’autopartage à tarif préférentiel (voeu à porter par les élus)
    • Rétablir la journée sans voiture pour montrer un visage différent de la ville et inciter les habitants à laisser leur voiture au garage et essayer d’autres moyens de transport (voeu à porter par les élus)
    • Repenser le plan de circulation de Toulouse pour réduire l’espace de la voiture, le trafic de transit et libérer de l’espace pour des infrastructures cyclables, les piétons et les transports en commun (sur le modèle de Gand)
    • Arrêter les investissement sur les infrastructures routière comme l’a décidé le département d’Ille et Vilaine afin de libérer du budget d’investissement pour les autres moyens de transport
    • Accélérer le développement de l’autopartage par la prise de participations de la Métropole dans Citiz
    • Coupler la mise en place du stationnement résident et le déploiement de l’autopartage dans un quartier pour inciter les habitants à se débarrasser de leur voiture
    • Imaginer un indice “mobilité” sur le modèle de l’indice de performance énergétique pour les locations et ventes immobilières
    • Proposer à chaque conseil municipal un nouvel aménagement d’urbanisme tactique  (voeu à porter par les élus)
    • Déposer une mise en demeure (puis un recours juridique si nécessaire) en application de la loi LOM quand une rue est réaménagée sans prévoir d’aménagements cyclables pour favoriser le déploiement de nouvelles infrastructures cyclables
  • Le nombre et la diversité des collectifs représentés lors de cette réunion démontre l’intérêt porté à ce sujet et la volonté de s’impliquer pour travailler ensemble à l’élaboration d’un nouveau PDU. De nouvelles réunions similaires seront planifiées à l’avenir par les Faiseurs de Ville (si possible en présentiel).

Notes 

Hypothèses de l’étude

  • Calculs basés sur l’Enquête Ménages Déplacements 2013 (enquêtes réalisées en faisant du porte à porte dans la journée). Attention l’EMD est réalisée en porte à porte durant la journée. Selon l’AUAT, “Le lancement d’une éventuelle nouvelle enquête ménage déplacement est en cours de réflexion par Tisséo Collectivités, qui en serait le maître d’ouvrage.” 
  • L’objectif de l’Europe de réduction des GES est passé de -40% à -55% d’ici 2030. https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal/delivering-european-green-deal_fr. « Pour y parvenir, ils se sont engagés à réduire leurs émissions d’au moins 55 % d’ici à 2030, par rapport aux niveaux de 1990. « . Ces nouveaux objectifs vont-ils être déclinés au niveau local? (mise à jour du PCAET)
  • L’étude des Faiseurs de Ville est faite à population constante. Avec les mêmes parts modales et une évolution constante de population, l’évolution des GES devient mathématiquement encore plus critique. 
  • L’impact carbone des moyens informatiques nécessaires au télétravail est à prendre en compte. Point à travailler. Voir si cela est négligeable ou pas par rapport aux émissions du secteur des transports. Source à consulter : https://theshiftproject.org/article/impact-environnemental-du-numerique-5g-nouvelle-etude-du-shift/
  • L’amortissement de l’investissement et des émissions de GES du métro n’est pas 8 ans mais 30 ou 50 ans. C’est vrai mais c’est avant 2030 que les émissions doivent baisser.
  • La fabrication des rames de métro en Pologne où l’électricité est produite par des centrales à charbon  peut être à prendre en compte. 
  • Sur les RER, il y a des études qui ont été lancées par la Région. Mais elles ne sont pas encore publiées (pourtant elles sont finies, mais ça bloque au niveau de la Préfecture visiblement). “Rallumons l’étoile” avait fait un communiqué pour demander la publication il y a quelques mois. Nécessité d’échanger avec “Rallumons l’étoile”. Plusieurs scénarios, par étapes, sont en cours d’évaluation.
  • Dans le coût pour les vélos, le coût des infrastructures routières adaptées aux vélos n’est pas pris en compte. Il peut être absorbé par une réorientation du financement de la voirie (3ème voie de rocade, nouveaux échangeurs).
  • Il y a un biais dans l’étude: pas de différence entre les déplacements dans l’agglomération et dans Toulouse. L’utilisation de la voiture y est différente ( 75% dans l’agglo hors Toulouse  alors que c’est 30% dans Toulouse). Il faudrait affiner l’étude et le scénario suivant les 3 grandes zones de l’agglomération (Toulouse intra-muros, proche périphérie, périphérie éloignée)
  • Attention avec la comparaison avec le RER de Bordeaux qui compte moins de branches qu’à Toulouse.
  • Les aspects multimodaux ne sont pas pris en compte car l’enquête retient le mode de transport majoritaire quand le déplacement est multimodal
  • L’étude d’Atmo (https://atmo-occitanie.org/toulouse-metropole-impact-des-actions-pcaet-sur-les-emissions-polluantes-du-territoire-synthese-de) donne des chiffres sur la 3e ligne (TAE) et l’extension de la ligne B. A son entre en service, le TAE réduit les émissions de 3%, les bénéfices sont compensés par l’augmentation de population. L’augmentation de fréquence de Linéo augmente les émissions de GES de +5%
  • Question : faut-il réduire la place de la voiture  en périphérie pour atteindre l’objectif ?  500 000 trajets à réduire dans la métropole
  • Pour les émissions liées à la production, la référence n’est pas 0 puisqu’on produit déjà des voitures chaque année aujourd’hui, à prendre en compte dans les graphiques. 
  • Attention au point de départ 2013 ou 1990 (année de référence pour la loi de transition énergétique). Pas de données sur Toulouse métropole car les mesures d’émissions ont commencé en 2008. C’est l’année de référence pour le plan climat.
  • Dans l’étude, on prend la longueur moyenne d’un trajet en voiture : 7km. Pour affiner l’analyse, il faudrait prendre en compte la longueur des trajets en fonction des temps de trajet et de la localisation pour avoir le report idoine

Autopartage

  • Les données d’autopartage sont différentes selon le lieu d’habitation
  • L’autopartage intervient en 2ème rideau si les TC sont disponibles pour les transports du quotidien.
  • Quel véhicule pour l’autopartage ? Electrique + cher  et infrastructure requise (bornes), pour le moment pas rentable pour Citiz.
  • CITIZ – 72/73 voitures dans l’agglomération. L’équilibre économique est atteint. La Région Occitanie est dans le capital de la SCIC. Pas de véhicules hors Toulouse. 
  • Certaines voitures électriques sont localisées dans des parkings Indigo mais sans tarif négocié pour les emplacements par rapport à d’autres villes (x20 comparé au tarif en voirie). Il aurait fallu que ce soit prévu dans le contrat de DSP. Selon la municipalité, c’est compliqué à changer. Cela pourrait faire l’objet d’un voeu en conseil municipal.
  • Il y a un frein  psychologique sur l’autopartage en voiture électrique au delà de 25 kms (inquiétude des usagers sur l’autonomie).
  • Il existe un modèle d’autopartage entre particuliers. Des essais ont été faits à Grenoble, mais le modèle est complexe (autant de contrats que de particuliers, chaque cas est spécifique).
  • Une solution: ne pas avoir de voiture.
  • Le principal frein au développement de l’autopartage est le manque de capacité d’investissement dans les véhicules (15000/ véhicule). Pour multiplier le nombre de véhicules (800 voitures), il faut 12M€. Ce n’est pas si élevé comparé à d’autres projets de mobilité. La Métropole pourrait prendre des parts dans Citiz comme la Région pour aider au financement, les statuts sont prévus pour ça.
  • Une idée pour aider au financement serait de coupler la mise en place du stationnement résident et le déploiement de l’autopartage dans un quartier pour inciter les habitants à se débarrasser de leur voiture. 
  • CITIZ: 1 location par  jour par voiture. En moyenne 4 km. C’est la longue distance qui rapporte (voiture à la journée). 
  • L’autopartage n’est pas fait pour les trajets domicile- travail d’où la nécessité d’un bon maillage vélo/TC en complément
  • Le déplacement voiture doit être le déplacement le plus cher, l’idée n’est pas de tirer les tarifs de l’autopartage au plus bas comme l’avait fait Autolib à Paris. 
  • L’aménagement du territoire est clé pour l’autopartage 

Zone à Faible Emission (ZFE)

  • La ZFE ne vise pas le GES mais la pollution de l’air, elle aura très peu d’impact sur les GES. 
  • Résultats de la prime à la reconversion de véhicules de la métropole  : 8 dossiers signés sur 47000 véhicules concernés
  • Etudier  la possibilité de revendre les véhicules polluants en dehors de la zone ZFE
  • Pas de limites sur le poids des véhicules avec la ZFE, c’est la seule vignette Critair qui compte. 

Enclencher la transition

  • Quels leviers à disposition pour faire changer les comportements (incitation, information, coercition, etc.)? Voir l’étude de l’ADEME intitulée “Changer les comportements” https://librairie.ademe.fr/changement-climatique-et-energie/2289-changer-les-comportements-faire-evoluer-les-pratiques-sociales-vers-plus-de-durabilite-9791029703638.html 
  • Comment inciter les gens à changer de modes de transports ? 
    • Importance des infrastructures
      • Velo : sécurité
      • TC : cadencement  et temps de trajets
    • Structure / information
    • Favoriser les autres modes (collectivités territoriales)
  • Il faut cibler les entreprises pour faire du poids sur les  métropoles. 
  • Quel accompagnement et quelles mesures incitatives pour appuyer les changements de comportements des habitants ?. (usage pro & perso)
  • Attention au rebond d’un mode sur l’autre. A Paris, suite au COVID, ce sont surtout les usagers des TC qui sont passés au vélo, plus que les usagers de la voiture. Est-ce qu’il n’y a pas malgré tout un effet d’entraînement plus large sur la durée ? L’objectif premier est de faire du report de la voiture individuelle vers d’autres modes. 
  • Problème du dernier km après le métro. Quel mode ? Vélo dans le RER. Multimodalité . Exemple: à Berlin on prend très facilement son vélo dans le métro, c’est fait pour. Au Pays Bas, système de vélo en gare couplé avec le billet de train. THALES a fait installer des vélos en libre service à l’ouverture de son nouveau site à Mérignac.
  • Est-ce qu’ il existe des modèles  pour enclencher les transitions ? Réflexion à engager pour inscrire la transition dans un récit collectif (Cyril Dion, Rob Hopkins), pour susciter de nouveaux imaginaires. Rétablir la journée sans voiture, c’est déjà imaginer de nouvelles façons de voir la ville.
  • Il faut contraindre les voies de circulation et de transports afin de contraindre l’usage de la voiture (Gand, Birmingham, Barcelone), nécessité d’un nouveau plan de circulation pour Toulouse
  • Dans les mesures possibles pour pousser les changements de comportement avec un aspect dissuasif sur l’ usage automobile : réduction des vitesses, piétonisation de certaines zone, nombre de place de stationnement et réduction du nombre de voies de circulation automobile
  • Arrêter les investissement sur l’infrastructure routière comme le font le Pays de Galle et le département d’Ille et Vilaine sont des moyens pour récupérer des (gros) financements pour les autres modes
  • Copenhague à prévu 200 millions €  pour le vélo sur 10 ans . C’est plus que ce qui est prévu pour le REV à Toulouse (attention il faut comparer des agglomérations de taille équivalente, Copenhague a beaucoup plus d’avance que Toulouse en termes d’aménagements cyclables: pour l’agglo toulousaine, Tisséo a évalué le besoin à 182 M€ pour le REV, mais actuellement seulement 119 M€ ont été votés). 
  • L’augmentation inéluctable du coût de l’essence qu’on commence à voir dès maintenant devrait être anticipée et encourager l’usage de modes de transports alternatifs.
  • Proposition d’ajouter au coût d’un logement un indice “mobilité sur le modèle de l’indice de performance énergétique. 
  • Proposition de porter à chaque conseil municipal un vœu pour proposer un aménagement d’urbanisme tactique

Pour faire évoluer les infrastructures, il y a une opportunité dactions juridiques sur l’application de la loi LOM quand une rue est réaménagée sans prévoir d’aménagements cyclables. C’est ce qu’a fait l’antenne 2 Pieds 2 Roues de Cugnaux Ecolomobile pour la rue du Pré Vicinal)

2 thoughts on “Compte-rendu du débat sur le nouveau PDU

Répondre à Raphael Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.